Toutes les photos

Photo La guillotine à la belge...Photo COUCOU !!!!!L'artiste n'existe pas...

commenter      partager la photo sur Facebook

L'artiste n'existe pas... (par Victorserge)

Photo vue 231 fois

Commentaire de Victorserge sur sa photo

...comme aurait pu dire Lacan.

Ajouté à ma playlist: Le fandango de Boccherini
https://youtu.be/QrdeD8LLoCM
Ustedes van a bailar 😊


theme de la semaine correspondant à la photoTHÈME : Autoportrait artistique
Photo La guillotine à la belge...   Photo COUCOU !!!!!





Vos commentaires sur L'artiste n'existe pas...

haut de pageMyrteMyrte      (07/01/2019 - 06:30:09)     
Il y a du Francis Bacon et du Charlie Chaplin dans ce portrait
haut de pageMAPMAP      (07/01/2019 - 10:24:16)     
Je plussoie le commentaire de Myrte !!!
haut de pageAmandaAmanda      (07/01/2019 - 10:31:36)     
Oui c'est bien Charlot !
haut de pageNouflocaNoufloca      (07/01/2019 - 13:57:12)     
Je pense aussi qu'il s'agit de Ch. Ch.
haut de pageVictorsergeVictorserge      (07/01/2019 - 18:41:15)     
Comme quoi le titre est pas mal trouvé.
Autoportrait pas si réussi.
On m'a parfois trouvé un air de George Clooney.
What else ?
haut de pagevirevoltevirevolte      (07/01/2019 - 21:00:06)     
On est certain d'une chose tu as les yeux bleus ! ;)
haut de pageAzureAzure      (07/01/2019 - 22:51:11)     
C'est drôle, les autoportraits ont souvent l'air triste, je l'ai constaté avec plusieurs personnes de mon entourage.
haut de pageVictorsergeVictorserge      (08/01/2019 - 09:49:55)     
On fait moins attention à ce qui va bien.
C'est normal. Héritage des temps de l'aube de l'humanité.
haut de pageAzureAzure      (08/01/2019 - 13:18:43)     
Oui, c'est toujours la profondeur de l'âme qui s'exprime.
Avez-vous fait un autoportrait dans lequel la joie de vivre se lit?
haut de pageIcilaIcila      (08/01/2019 - 18:23:25)     
Vous voyez Charlot, moi je vois Marcel.
haut de pageZamoyZamoy      (09/01/2019 - 12:59:38)     
Bravo à l'artiste !
haut de pageAzureAzure      (09/01/2019 - 17:58:51)     
Oui, bravo. Il est très touchant ce portrait.
haut de pageVictorsergeVictorserge      (11/01/2019 - 06:17:49)     
La joie de vivre? Non. Il faut se la gagner (sauf quelques petits veinards).
Plus tard peut être, dans un monde qui n'écrase pas les faibles.
haut de pageJamJam      (11/01/2019 - 09:20:06)     
L'artiste n'existe pas? Pourtant c'est assez chouette ce qu'il a fait...
haut de pageAzureAzure      (12/01/2019 - 17:41:00)     
Je vous rejoins complètement Victorserge. Mon point de vue est le suivant, il se situe par delà les problématiques d’égo, de pouvoir, d’argent, de pathologie mentale, d’inconsciences diverses.
La force écrasante relève du principe masculin yang qui domine le monde. Celui-ci, sans la présence du yin principe adverse, est donc complètement déséquilibré.
Ainsi les guerres, les colonisations, les esclavages en tout genre, et tous les types de conflits modernes. Pas pour rien non plus que la nature est saccagée. Dans l’inconscient collectif, nature, terre = féminin.
Les choses changeront quand la part féminine du monde aura son entière place.
Je me veux optimiste. Je ne sais où on peut dater le début d’un changement, les suffragettes en europe? En tout cas récemment le mouvement Metoo, devenu quasi international, a libéré la parole des femmes, de plus en plus d’hommes des nouvelles générations ne tolèrent plus ces agressions physiques et verbales faites aux femmes, les mouvements de défense de la nature, menées par hommes et femmes, se développent pour résister aux lobbies.. J'ose croire que la part féminine du monde est en train de naître, même si bien sûr tout ça est encore très relatif et très chaotique suivant les pays. Même si les résistances à cette naissance se font et se feront violentes. Mais sur l’échelle du temps planétaire, on est encore si proche de la prédation masculine du monde, si proche de la découverte de l’Amérique ou de la colonisation de l’Afrique par exemple, avec toutes leurs violences faites aux humains. Il faut y croire, même s’il ne nous sera probablement pas donné de voir accompli cet épanouissement de la part féminine du monde. A chacun de voir comment il peut lutter dans ce sens, et en même temps apprendre à danser et chanter sous la pluie, accepter d’être joyeux malgré les circonstances…

haut de pageVictorsergeVictorserge      (12/01/2019 - 19:17:33)     
Mais comment puis-je parler après ça?
Je vois la pensée idéaliste comme quelque chose de ... trop facile à adopter (ce qui n'est pas un argument pour la réfuter).
On peut par exemple parler de part féminine du monde, mais ce mot "féminine" trouve le sens dans lequel il est employé dans le bain culturel.
Je suis pour une rupture d'avec le bain culturel et aussi un certain conformisme, ce qui permet de voir et réfléchir sur la nature ou la société avec un esprit bien plus détaché.
Pour l'avoir vécu, je peux vous dire qu'une rupture morale se ressent dans le corps.
Réellement, vous sentez votre corps se transformer.
Je ne parlerai pas de part féminine ou masculine, de bien ou de mal, de yin ou de yang.
En fait, je voudrais qu'on n'ai pas à se poser de problème d'organisation de la société, d'avenir de notre Mère la Terre.
Je voudrais qu'un gouvernement soit simplement un gouvernement des choses très concrètes. En disant cela, je dis qu'on peut faire confiance en l'Humanité, pourvu que tout s'organise pour que s'en exprime (comme on presse un fruit) le meilleur.
C'est là que la photo est bonne; quand elle est comme une pelote avec plein de fils à tirer!
haut de pageAzureAzure      (12/01/2019 - 21:55:48)     
Oups, je n’associe pas yin/yang ni féminin/masculin, à bien/mal. Le principe yang inclut la force qui a le pouvoir d’écraser, et c’est parfois nécessaire d’écraser (Hitler par ex). Le principe yin inclut la douceur, mais celle-ci peut être perfide à usage de manipulation. Yin et Yang ne sont ni bien ni mal, l’un est inclus dans l’autre et l’autre dans l’un. Je parle en terme d’équilibre de ces principes.
Constater que chez les gouvernants se rencontre une proportion importante d’hommes qui non seulement ignorent ou refoulent leur propre part féminine, mais aussi renâclent à l’entrée des femmes en politique, dont la part féminine est forcément, au même titre que la leur, mal venue dans leur univers, et dont la part masculine (et efficace) leur fait de l’ombre.
Constater ça, c’est très concret. La lecture du 1er chapitre (« Femmes en politique, survivre dans un monde d’hommes, lever la loi du silence ») du livre de Ségolène Royal (« Ce que je peux enfin vous dire » oct 2018) rafraîchit la mémoire sur ce sujet. Vouloir, aux postes de gouvernance, plus de femmes et plus d'hommes ouverts à leur part féminine, c'est concret.
Oui les mots trouvent leur sens dans leur bain culturel. Vouloir s’en extraire ne va faire que vous mettre dans un autre bain, culturel lui aussi (il finit toujours par y avoir du conformisme dans l’anticonformisme), et croire le contraire possible me fait penser à ceux qui croient que les scientifiques ne sont pas influencés par la société, et que la science est « pure ».
Maintenant pour ce qui est de comprendre par l’éprouvé, donc par le corps, vous prêchez à une convaincue
haut de pagecocoprevostcocoprevost      (13/01/2019 - 14:17:19)     
Cette photo m'inspire du négatif.
Ca n'engage que moi .
haut de pageVictorsergeVictorserge      (13/01/2019 - 15:08:35)     
@Azure... Il y a un texte de Engels; tellement peu connu qu'on ne le trouve pas sur la toile. J'ai juste ce lien: https://www.lemonde.fr/series-d-ete-2018/article/2018/07/18/l-emancipation-des-femmes-est-une-histoire-sans-fin_5332905_5325920.html
qui évoque la "défaite historique de la Femme".
En clair, Avec l'apparition de la propriété privée (du lopin de terre ou du petit atelier) s'est posée la question de la transmission de ce bien.
Donc, s'assurer de sa descendance.
D'où que les femmes ont accepté de "s'enfermer" dans une cellule familiale.
Cet enfermement (plutot volontaire) était une garantie de stabilité sociale et de meilleures conditions de vie par rapport à des sociétés moins évoluées.
Voilà ce que Engels, compagnon de route de Marx, a appelé "défaite historique de la femme"; cet enfermement "volontaire".
Nous ne sommes toujours pas sortis de la propriété privée des moyens de production.
Et donc:
Nous ne sommes toujours pas sortis de l'inégalité des sexes.
Il n'est écrit nulle part que l'homme doive être supérieur à la femme.
Mais le fait est que...
@MissCoco... J'espère bien! Le négatif est comme le réel; on se heurte à lui. Et donc, ils nous obligent à être intelligents.
haut de pageAzureAzure      (13/01/2019 - 17:33:37)     
Je suppose que vous vouliez parler de domination et pas de supériorité… Dans cette analyse de 1997 « Engels et l’émancipation des femmes » https://www.europe-solidaire.org/spip.php?article2191 , je relève : « Sans vouloir trancher le débat entre anthropologues actuels, il faut bien admettre que le cœur des thèses d’Engels concernant l’origine de la domination masculine nécessite, pour le moins, un sérieux réexamen (..) Certains lui ont même reproché d’avoir introduit au cœur de son analyse de nombreux présupposés sexistes dans sa vision du monde (..) Les contradictions de genre ont précédé l’émergence des sociétés de classe, il n’y a plus d’automaticité entre la suppression de la propriété privée et la suppression de l’oppression des femmes, comme l’a cru longtemps une large partie du mouvement ouvrier (..) Les anthropologues s’entendent sur le fait que la domination masculine existe également dans des sociétés préclassistes qui ne connaissent pas la propriété privée, dans des sociétés sans classe et sans état (..) »
La collectivisation des terres et des moyens de production dans les pays communistes (ex-URSS, Cuba etc…) a-t-elle retiré la domination masculine dans ces pays ? Ségolène Royal a-t-elle volontairement souhaité s’enfermer dans sa cellule familiale, ou bien, alors qu’elle désirait accéder à la plus haute fonction, les hommes politiques pendant sa campagne lui ont-ils barré la route, l’ont-ils humiliée en lui demandant de retourner à ses fourneaux ? (les éléphants du PS ont été encore plus féroces que ceux de l’opposition). Je n’ai rien contre Engels qui a le mérite d’avoir existé et participé aux réflexions du bain culturel de son époque, mais ça commence à dater..
Et comme rien n'est simple, la question du « consentement à la soumission » de la femme, mérite réflexion. Manon Garcia, dans son essai de philosophie "On ne naît pas soumise, on le devient", creuse à sa manière cette question.
Oui, on n'a pas le c.. sorti des ronces avec l'inégalité des sexes, le déséquilibre yin/yang, mais je pense que c'est ce qui explique l'état du monde, et mon terrain de lutte se situe là.

ON EN DISCUTE...



Photo La guillotine à la belge...   Photo COUCOU !!!!!

Exprimez-vous !

Vous devez être connecté(e) ou inscrit(e) pour commenter cette photo.





haut de page